#viedequartier : la péniche Pop

Le long du Canal, il existe de nombreuses structures, de lieux de vie et de partage. Si vous vous êtes déjà baladés dans ce coin, vous êtes forcément tombés sur nos voisins de la Péniche Pop, qui est amarrée en face du 34 Quai de la Loire. Depuis plus de deux ans, La Pop accueille et accompagne les projets d'artistes, où le matériau sonore, l’objet musical sont au cœur du processus de création. Et tout cela se déroule à même la cale !


Le fil rouge de La Pop ? S’interroger sur les relations qu’entretiennent les individus et la société avec les sons et la musique.



La Péniche Pop est installée depuis un peu plus de 2 ans sur le Canal. Pourriez-vous expliquer ce que vous y proposez ?

La Pop, c’est un lieu de résidences, de recherches et d’expérimentations. Sa mission est d’accompagner la fabrique de spectacles où le matériau sonore, l’objet musical sont au cœur du processus de création. 

Une cinquantaine d’équipes artistiques sont ainsi accueillies et accompagnées chaque année par La Pop. À travers les projets de créations qu’elles conçoivent à même la cale de la péniche, ces équipes interrogent les relations qu’entretiennent les individus et la société avec les sons et la musique. Pour rendre compte de ces objets artistiques hybrides, deux éditions – Printemps et Automne – sont proposées chaque année au public avec de nombreux rendez-vous : spectacles bien sûr, mais aussi installations, conférences, laboratoires scéniques et rendez-vous professionnels…


Vous accueillez récemment une nouvelle oeuvre : Synchronicity. Pouvez-vous nous la décrire ? 

Synchronicity est une installation-laboratoire pensée par les artistes Robin Meier et André Gwerder. S'inspirant de la synchronisation spontanée de milliers de lucioles dans les mangroves asiatiques, cette oeuvre explore l’émergence des cycles naturels et de la synchronie à l’intérieur d’une biosphère artificielle. Elle est présentée jusqu’au 8 juillet en accès libre, et l’on peut y voir se synchroniser des insectes et des machines !

Sous une tente qui s’élève dans la pénombre de la péniche, d'anciens appareils de mesure inscrivent des courbes rythmiques. Des oscilloscopes s’allument et s’éteignent auprès d’une bassine emplie de plantes aquatiques. Des moustiques synchronisent le battement de leurs ailes à la fréquence des sons produits par ces machines. Une pulsation régulière est diffusée à l’intérieur de cet environnement végétal, pulsation à laquelle des sauterelles répondent par des stridulations rythmiques.


C'est une oeuvre autour de la nature, justement : quel lien La Pop a t-elle avec son environnement ? 

La Pop est un incubateur artistique mais aussi citoyen. Les parcours d’éducation artistiques déployés un peu partout en Île-de-France intègrent très souvent une dimension écocitoyenne. C’était le cas l’année passée d’un parcours de création radiophonique mené avec une classe ULIS de Noisy-Le-Grand qui a documenté par le sonore toutes les étapes de la vie de nos déchets. 

En ce moment également, nous proposons aux écoles et associations du quartier des visites guidées de Synchronicity. Deux classes du quartier suivent d’ailleurs un parcours alliant science et art autour de cette installation. Celui-ci permet d'intégrer les enfants au processus de création de l'œuvre au côté de l'artiste lui-même. Ces élèves ont notamment suivi un atelier de sensibilisation au biotope urbain mené par l'association Vergers Urbains au cours duquel ils ont prélevé certaines plantes. Plantes que vous pourriez retrouver prochainement... puisque nos apprentis botanistes les ont déposés au sein de l'installation elle-même !


Un lieu dans le quartier où vous amenez les artistes quand ils sont en résidence ? 

C’est la question la plus difficile ! Le quartier regorge de bonnes adresses et satisfait tous les gourmands. S’il ne faut en citer qu’un seul, nous dirions Koko, un bistrot japonais caché derrière le MK2 Quai de Seine.

74 QUAI DE LA LOIRE -75019 PARIS